Publication : 07/09/2017
Nombre de pages : 136
ISBN : 979-10-226-0700-1
Prix : 10,99 €
Numérique

Ce qui n'a pas de nom

Piedad BONNETT

ACHETER
Titre original : Lo que no tiene nombre
Langue originale : Espagnol (Colombie)
Traduit par : Amandine Py

Le combat contre la folie et le suicide d’un fils. Un récit bref et intense qui ne verse jamais dans l’apitoiement ou l’impudeur : l’écrivain n’a que les mots pour contrer l’absence, pour continuer à vivre. Nécessaire.

Le combat contre la folie et le suicide d’un fils. Un récit bref et intense qui ne verse jamais dans l’apitoiement ou l’impudeur : l’écrivain n’a que les mots pour contrer l’absence, pour continuer à vivre. Nécessaire.Dans ce court récit, Piedad Bonnett raconte à la première personne le suicide de son fils Daniel, vingt-huit ans, qui s’est jeté du toit de son immeuble à New York. Huit ans plus tôt, on l’avait diagnostiqué schizophrène. Dans un milieu bourgeois, corseté par des conventions en tout genre, il n’est pas de bon ton de parler crûment de la mort et de la folie ; c’est pourtant ce que fait l’auteur, dans une langue sobre et sans effets de manche, avec une sincérité bouleversante. Elle raconte l’incrédulité à l’annonce du suicide, le besoin désespéré de trouver des traces d’une vie personnelle, un journal, des écrits, les étapes de la mort occidentale, mais aussi et surtout le combat inégal d’un jeune homme (et de ses parents) contre la folie qui le cerne. 

Une plongée dans la douleur qui ne verse jamais dans l’apitoiement ou l’impudeur : l’écrivain n’a que les mots pour dire l’absence, pour contrer l’absence, pour continuer à vivre.

« Un livre incandescent, courageux jusqu’à la violence, extraordinaire. Piedad Bonnett écrit depuis l’abîme et éclaire l’obscurité avec un texte pénétrant et indispensable. » Rosa Montero 

« La vie, la mort et la littérature se mêlent comme sur une scène de théâtre dans ce témoignage extraordinaire où convergent la vérité la plus intime et le talent créatif. » Mario Vargas Llosa

  • "Avec ce texte, Piedad Bonnett se fait violence et panse ses blessures. Ce qui n'a pas de nom est un récit qui prouve à lui seul combien la littérature est nécessaire."

    Marie-Laure Turoche
  • "A défaut d'avoir pu sauver son enfant de ses démons, Piedad Bonnett lui offre, d'un trait de poésie salvatrice, la possibilité d'une renaissance." Lire l'article ici

    Ariane Singer
    Le Monde des livres
  • "Qui a le plus besoin de se protéger de l’inéluctable ? Le malade, les proches ? Bouleversante question." Lire l'article ici

    Claudine Galea
    Remue.net
  • "Un récit, si fort et si beau, qui « donne un sens à ta vie, à ta mort, et à mon chagrin. »" Lire l’article ici

    Christine Salles
    Psychologies magazine
  • "Une langue sobre, où chaque mot est pesé." Lire l'article ici

    Blog The Flying Electra
  • "Un texte sobre et poignant." Lire l'article ici

    Véronique Rossignol
    Livres Hebdo
  • "Ainsi se tisse progressivement une toile mondiale et intemporelle du deuil, une fraternité de lettres et de cœur qui montre que même si les mots ne changent rien, ils peuvent tout. Certains livres sont nécessaires, celui-ci assurément." Lire l'article ici

    Stéphanie Buttard
    Le Quotidien de la Réunion

Piedad Bonnett est née à Amalfi, en Colombie. Elle enseigne la littérature à l’université des Andes, à Bogotá. Poète reconnue, elle a obtenu de nombreux prix et a été traduite dans plusieurs langues. Elle a aussi écrit plusieurs romans et pièces de théâtre.

Bibliographie