Publication : 01/01/2000
Nombre de pages : 196
ISBN : 979-10-226-0010-1
Prix : 4,99 €
Numérique

Contes d'amour de folie et de mort

Horacio QUIROGA

ACHETER
Langue originale : Espagnol (Uruguay)
Traduit par : Frédéric Chambert

Dans ces récits solidement construits, l’inquiétante étrangeté de chaque détail, l’horreur toute simple – donc absolue – et le réalisme sont l’aliment d’un fantastique aussi spectaculaire qu’ambigu; fantastique parfois drôle, plausible et cependant opaque comme peuvent l’être la monstruosité de l’enfance, la force tonnante d’un fleuve en crue, l’inclémence de la forêt vierge et des midis tropicaux ou le délire de l’homme, délire de l’amour ou folie de la mort. Avec Quiroga nous retrouvons une des principales sources de cette manière d’écrire latino-américaine qui réconcilie l’infernal trio du fantastique, du merveilleux et du réalisme pour atteindre l’onirique à travers le sordide.

 

 » L’art d’Horacio Quiroga est un art à froid, capable de transformer le mystère ambiant des terres tropicales en hallucinations fantastiques.  » Le Monde  » Cette fin, c’est toujours la même, c’est le grand frisson, l’instant précis où l’être humain confronté à une mort atroce, bascule dans une terreur qui confine à la folie.  »

Libération

  • « à eux seuls, ces contes préfigurent tous les chefs-d'œuvre qui ont rendu si populaire la littérature sud-américaine. »
    André Clavel
    L'EVENEMENT DU JEUDI

Horacio Quiroga naît à Salto Oriental en Uruguay en 1878 et se suicide à Buenos Aires en 1937. Il s'installe à San Ignacio en pleine forêt tropicale où il s'essaiera à plusieurs exploitations, dont celle du coton. Fasciné par la forêt, toute son œuvre en porte l'empreinte, celle de la folie et de la violence. Considéré comme le maître de la nouvelle latino-américaine, il est l'égal de Maupassant pour le post-naturalisme et celui de Villiers de l'Isle-Adam pour les inventions cruelles. Le chant de la mélancolie de la mort envahit ses récits, d'une beauté exceptionnelle, où perce la vulnérabilité de l'existence.