Publication : 01/01/1999
Nombre de pages : 280
ISBN : 2-86424-295-8
Prix : 9.15 €

Le Rivage des murmures

Lídia JORGE

ACHETER
Langue originale : Portugais (Portugal)
Traduit par : Geneviève Leibrich

Au Mozambique, sur la terrasse d’un grand hôtel au bord de l’Océan, les sauterelles pleuvent sur les invités d’une noce et les brasiers éclairent les cadavres de noirs, au moment où le marié disparaît.

Vingt ans après, la jeune mariée, Eva Lopo, lit Les Sauterelles. Elle se souvient de cette période où elle a vu la guerre coloniale transformer le jeune marié en double de son capitaine et brandir sur des photos une tête de noir au bout d’une pique.

L’impitoyable portrait de la guerre et de la peur vu par une femme qui aurait voulu crier ce qui n’était que murmures.

 

 » Le Rivage des murmures n’est pas qu’un foyer d’images, c’est aussi et d’abord une réflexion sur la fascination guerrière, l’attraction, la gravité étrange qui capture les âmes des hommes, les dévie de leur destinée apparente pour les mettre en orbite autour de la mort. »

Olivier Rolin, Le Figaro

  • « Mozambique, vers 1970. L'armée portugaise maintient l'ordre. Dans un hôtel de la côte, les femmes d'officiers attendent le retour des maris et Evita se demande comment les maléfices de la guerre ont transformé son mari, doux mathématicien, en égorgeur. »
    Jean Soublin
    L'EXPRESS
Lídia Jorge est née à Boliqueim dans l’Algarve en 1946. Diplômée en philologie romane de l’université de Lisbonne, elle se consacre très tôt à l’enseignement. En 1970, elle part pour l’Afrique (Angola et Mozambique), où elle vit la guerre coloniale, ce qui donnera lieu, plus tard, au portrait de femme d’officier de l’armée portugaise du Rivages des murmures (Métailié, 1989). A son retour à Lisbonne, elle se consacre à l’écriture. Ses œuvres sont publiées en Allemagne, Espagne, Italie, Grèce, Brésil, Israël, Grande Bretagne, Pays Bas, Serbie, Suède, Etats-Unis. La Couverture du soldat, 2000 a eu le Prix Jean Monnet 2000 (Cognac) Le Vent qui siffle dans les grues, 2004 a eu le Grand Prix du Roman de l’Association Portugaise des Ecrivains 2003, Premier Prix « Correntes d’escritas » 2004 (Povoa da Varzim, Portugal), Prix des lecteurs du Salon de la Littérature Européenne de Cognac 2005, Prix Lucioles des lecteurs 2005 (Librairie Lucioles, Vienne), Prix Albatros de la Fondation Günter Grass 2006 (Allemagne).  Nous combattrons l’ombre, a reçu le Prix Charles Brisset 2008, La Nuit des femmes qui chantent, 2012, Les Mémorables , 2015