Publication : 01/01/1999
Nombre de pages : 240
ISBN : 2-86424-317-2
Prix : 16.01 €

Parle-moi un peu de Cuba

Jesús DIAZ

ACHETER
Langue originale : Espagnol (Cuba)
Traduit par : Jean-Marie Saint-Lu

Martinez est prisonnier sur une terrasse à Miami, il faut qu’il soit brûlé par le soleil, il doit avoir l’air du « balsero » pour pouvoir rester aux USA. Martinez vivait à La Havane, il était dentiste et amoureux de sa femme, danseuse dans un cabaret ; un soir son ferry a été détourné par deux dissidents vers Miami, mais Martinez ne pouvait envisager de vivre loin de Cuba et loin de sa femme. Il a été le seul passager à refuser de rester aux Etats-Unis. Il y avait pourtant retrouvé son frère, un cadre du Parti devenu clown dans les fêtes enfantines. Son frère lui a offert une bicyclette et il est reparti pour La Havane. Là, personne n’a compris qu’il revienne, sa femme s’était installée avec un voisin et il était suspect. Martinez, désespéré, a alors organisé sa fuite méthodiquement.

Dans une écriture sèche et dépouillée, Jesús Díaz raconte l’exil et les contradictions auxquelles sont confrontés les Cubains, dans l’île et hors de l’île.

  • Avec un humour féroce et beaucoup de vitalité, Jesus Diaz décrit ce monde où tout manque -et plus encore que cela. Non seulement le savon, le dentifrice, la nourriture, les moyens de transports et l'électricité, mais aussi la dignité la plus élémentaire. Celle qui va avec la liberté. Dans ce monde-là, les médecins deviennent portiers, les dentistes serveurs et les professeurs se prostituent, à la recherche d'une maigre manne en dollars - distribuée par les touristes, qui pourront ressentir un certain inconfort à la lecture de quelques passages. N'empêche. En dépit de tout cela, le livre tourne autour d'une question lancinante, que l'auteur s'est sans doute posée autant de fois que son personnage : Faut-il partir, quand on est sûr de ne jamais guérir d'un pays si poignant?
    Raphaelle Rérolle
    LE MONDE
  • « Le portrait décalé d'un de ces antihéros qui sollicitent d'emblée la sympathie du lecteur. »
    Philippe Nourry
    LE POINT

Jesús Díaz est né à La Havane en 1941 et mort d’un infarctus à Madrid en mai 2002. Il enseigne la philosophie à l'université de La Havane, et reçoit en 1966 le Prix Casa de las Americas pour son recueil de nouvelles Los años duros (Les Années dures, Maspero, 1974). Directeur des revues El Caimán Barbudo et Pensamiento Crítico jusqu’en 1971, il est écarté de la vie littéraire après que la publication de son premier roman Les Initiales de la terre ait été refusée sans explications. Il se tourne alors vers l’espace de liberté que représente l’ICAIC (Institut Cubain d’art et de recherche cinématographique) et devient documentariste puis metteur en scène. Les Initiales de la terre seront publiées en Espagne en 1987 et connaîtront un grand succès. En 1992, invité en Allemagne pour enseigner le cinéma, Díaz écrit un article critique aussi bien à l’égard de Cuba qu’à l’égard de l’embargo américain, ce qui lui vaut de ne pas être autorisé à revenir à Cuba. Cette même année, il publie Les Paroles perdues en Espagne. Après un séjour à Berlin, il se fixe à Madrid où il crée la revue Encuentro de la culture cubana et publie quatre romans : La Peau et le masque, Parle-moi un peu de Cuba, Siberiana et Las Cuatro fugas de Manuel.

Bibliographie