Publication : 12/01/2001
Nombre de pages : 100
ISBN : 2-86424-369-5
Prix : 15.24 €

Yawar fiesta

(La fête du sang)

José Maria ARGUEDAS

ACHETER
Langue originale : Espagnol
Traduit par : Cécilia Hare et Dominique Jaccottet
Les Andes, dans les années 30. Pour la fête nationale, sur la place du village, les Indiens des communautés de Puquio affrontent un taureau, à la dynamite, et se font la plupart du temps encorner. Cette année-là, un préfet "progressiste" décide que la corrida sera moderne, à l’espagnole, avec un torero venu de Lima. Les Indiens, eux, vont ramener de la sierra un taureau mythique, le "Misitu".

J.M. Arguedas nous place au centre d’un conflit où s’affrontent les civilisations et les classes sociales, la ville et la sierra. Au-delà de l’argument, ce roman est remarquable par la création d’une langue où s’invente une syntaxe éclatée, mêlant quechuismes et mots espagnols pour une voix plurielle comme un choeur.


"Outre la dimension politique - Arguedas l'indigéniste est un écrivain militant -, il y a (…) une dimension cosmique dans ces pages où se mêlent sauvagerie, tendresse, poésie, violence. "

Télérama

  • « Les rites secrets des magiciens, [...] un climat d'orage passionnel, la truculence, la poésie, le souffle : Dostoïevski au pied des Andes péruviennes. »
    Gérard de Cortanze
    LE FIGARO

Né en 1911, José Maria ARGUEDAS s’est suicidé en 1969 d’une balle dans la tête dans les toilettes de l’université de Lima où il enseignait. Il était l’une des figures majeures du mouvement indigéniste latino-américain, un écrivain connu pour son engagement politique et ses prises de position. Anthropologue, universitaire et intellectuel militant, il a écrit trois romans et des recueils de contes. Yawar Fiesta, son premier roman est paru en 1941. Sont traduits en français Les Fleuves Profonds et Tous les sangs. Mario Vargas Llosa lui a consacré un livre, L’Utopie archaïque (Gallimard).

Bibliographie