Publication : 06/04/2017
Nombre de pages : 240
ISBN : 979-10-226-0173-3
Prix : 21 €

La Reine Ginga

et comment les Africains ont inventé le monde

José Eduardo AGUALUSA

ACHETER
Titre original : A rainha Ginga e de como os africanos inventaram o mundo
Langue originale : Portugais (Angola)
Traduit par : Danielle Schramm

Francisco José, jeune prêtre brésilien, métis d’Indien et de Portugais, débarque à Luanda pour devenir le secrétaire de la reine Ginga, fille et sœur de rois, et reine elle-même.

Cette femme exceptionnelle (1581-1663) évinça les hommes de sa famille, s’empara de tous les attributs du pouvoir, se fit appeler “roi”, entretint un harem d’hommes habillés en femmes et prit, les armes à la main, la tête de ses guerriers sur les champs de bataille. Fin stratège et diplomate, cruelle et séduisante, elle n’hésitait pas à s’allier à ses ennemis si nécessaire.

Le jeune héros brésilien, emporté par cette histoire tumultueuse, se trouve mêlé à la guerre de conquête des Hollandais et va d’aventure en aventure entre le Brésil et l’Afrique, sur les vaisseaux pirates.

José Eduardo Agualusa raconte une histoire véridique et étonnante dans un roman à la fois picaresque, vif, parfois poétique, plein de bruit et de fureur, d’amours interdites, de sang et de passion, de trahisons et de rebondissements palpitants. Dans un style magnifique il évoque aussi bien la cruauté de l’esclavage au Brésil que l’histoire dramatique de l’Afrique à travers le destin d’une très grande reine.r

  • " Agualusa compose sur cette trame réelle un roman d'aventures où il se confirme que «la cruauté est plus naturelle que la bonté», mais où tout l'espoir repose en ceux qui savent « composer de bons livres »..." Lire l'article ici

    Alain Nicolas
    L'Humanité
  • "Si vous finissez trop vite cette lecture, Agualusa a écrit d'autres romans aussi picaresques." Lire l'article ici

    Isabelle de Montvert-Chaussy
    Sud-ouest
  • "Un regard aigu pour revisiter l'histoire coloniale du côté de ceux qui « ont inventé le monde »." Lire l'article ici

    Fred Robert
    Zibeline
  • "L'amitié et l'amour, avec transgressions en tout genre, peuplent ces pages dont la richesse donnerait presque le tournis si elles n'étaient d'une construction impeccable et la plupart du temps vibrantes d'une passion communicative à dire « comment les Africains ont inventé le monde »." Lire l'article ici

    Valérie Marin la Meslée
    Le Point Afrique
  • "Rossé, torturé, caressé, aimé, trimbalé d'Amériques en Afrique et d'Afrique en Europe, son jeune héros offre au lecteur étourdi un grand voyage, très documenté, dans l'histoire en germe de notre géopolitique." Lire l'article ici

    Elise Lépine
    Transfuge
  • "Ce roman, dont le ton peut parfois apparaître léger, car rempli de plaisantes anecdotes, de détails truculents, aborde aussi, et c’est là l’une de ses qualités essentielles, des questions essentielles : la religion, la place qu’elle prend dans le processus colonial, le métissage, dont on sait qu’il a joué un grand rôle dans la formation de l’Empire colonial portugais, et l’esclavage." Lire l'article ici

    Stéphane Bret
    La Cause littéraire
  • "L’étonnante reine Ginga, habile diplomate jouant des inimitiés entre pays européens, traverse le roman avec la fulgurance d’un personnage haut-en-couleurs. En lui rendant toutes ses contradictions, José Eduardo Agualusa ajoute à son Luanda romanesque un nouveau chapitre plein de vie et d’intelligence, de cruauté, de passions, de trahisons mais aussi d’enchanteur de lions, de « délicats miracles » et d’apparitions." Lire l'article ici

    Hortense Volle
    Pan African Music
  • "C’est toute l’histoire de la colonisation de l’Angola qui nous est contée avec rythme, humour et légendes." Lire l'article ici

    Blog Sur la route de Jostein
  • "Un très beau roman dans lequel le destin individuel est prétexte à la narration des beautés d’un monde et d’une époque où la féerie de l’aventure brodait chaque jour un peu plus sur le réel." Lire l'article ici

    Lola Jordan
    L’Éléphant.fr
  • "Un chant profond à la liberté." Lire l'article ici

    G.D.C.
    Historia
  • "Une réflexion philosophique sur la religion, le pouvoir, l’asservissement, la guerre et la capacité à nuire de l’humanité qui semble illimitée et hors d’âge" Lire l'article ici

    Blog La livrophage
  • "Shakespeare en Angola." Lire l'article ici

    Anaïs Héluin
    Politis
  • "Une évocation de la reine angolaise Ginga vécue comme une épopée." Lire l'article ici

    Sébastien Lapaque
    Le Figaro littéraire

José Eduardo Agualusa est né en 1960 à Huambo, en Angola. Après des études d’agronomie et de sylviculture, il s’est très vite engagé dans l’écriture et le journalisme et publie un premier roman en 1989, A Conjura. Il ouvre ainsi la voie à une nouvelle génération d'auteurs africains et revitalise la langue portugaise en s’emparant de l’histoire coloniale. Devenu persona non grata en Angola pour ses positions politiques, il vit entre Lisbonne, Rio de Janeiro et le Mozambique. Il tient une chronique dans le prestigieux quotidien brésilien O Globo.

Il est l’auteur de nombreux romans, poèmes, reportages et nouvelles, notamment le Marchand de passés, La Guerre des anges, Barroco tropical, tous couronnés de succès et publiés dans plus de 25 pays. En 2007, il reçoit l’Independent Foreign Fiction Prize et en 2013 le prix Fernando Namora. Théorie générale de l’oubli est finaliste du Man Booker Prize en 2016 et remporte le Prix international de littérature de Dublin (ex-Impac) en 2017.

Bibliographie