Dans la presse

Diacritik

Christine Marcandier

« Ce qui n’a pas de nom est autant le portrait d’une mère face à irréparable et d’un écrivain face à ce qui le dépasse que celui de l’enfant perdu. Il est d’une violence clinique, d’une beauté elle aussi sans nom. » Lire l’article ici