Publication : 03/10/2002
Pages : 80
Grand Format
ISBN : 979-2-86424-440-3

Les Déjantées 1

1

Ines Burundarena MAÏTENA

ACHETER GRAND FORMAT
14.5 €
Titre original : Mujeres alteradas
Langue originale : Espagnol
Traduit par : Laura Ciezar

Premier tome d'une série de 5 volumes de planches humoristiques sur la vie quotidienne des femmes dans nos sociétés modernes.
Maïtena a un regard acéré et son trait ne fait pas de quartier, elle est cruelle avec tout le monde. Elle est argentine et a 39 ans.
Ces albums sont publiés en Espagne où elle vend à 100.000 exemplaires, en Italie et au Portugal.
9 planches du premier album seront pré-publiées entre le 6 juillet et la sortie le 4 octobre par Le Figaro Madame. Ensuite il y aura une prépublication de planches inédites du deuxième album dans ce magazine une semaine sur deux .

Cet album a été retenu dans la sélection du guide de Noël 2002 de la Fnac.

Les premières planches à découvrir

pour lui plaire ... être mince

  • « Elle est juste, pétillante, fine, sincère et tordante. Comme nos copines, comme nous ! »
    Sabine Audrerie
    MARIE CLAIRE
  • « C'est incroyablement drôle et ironique. A offrir et à s'offrir. »
    BD Magazine
  • « Cette femme est la plus percutante que je connaisse, elle a un humour sans mesure. »
    Alejandro Jodorowsky
    BODOI
  • «Etre une épouse, c'est tout un travail. Par contre, être un mari c'est tout naturel». La première planche résume le propos général du livre: mettre en relief ce qui, irrémédiablement, diffère entre hommes et femmes. De «la poisse des braves filles» aux «les hommes sont-ils sourds», Maïtena détaille au scalpel les travers et habitudes des couples. Certaines pages, dont les « mauvaises associations au moment de former un couple», peuvent également s'avérer instructives.
    LIBERATION
  • Même en connaissant les relations de parenté qui unissent l'Europe et l'Argentine, on ne peut s'empêcher d'être surpris en découvrant, au dos de son livre, la nationalité de Maïtena. Cette femme de 40 ans, dont les dessins sont publiés par des journaux d'Amérique latine, d'Espagne, d'Italie et du Portugal, est née en Argentine et vit à Buenos Aires. Ce qui n'empêche pas ses Déjantées d'être absolument nos cousines, pour ne pas dire nos sœurs, autant dans leurs sentiments que dans leurs modes de vie, leurs petits tracas, leurs manières de négocier les contraintes imposées aux femmes par la modernité. Avec humour, avec tendresse, Maïtena se penche sur des problèmes graves, qui vont des «  Six trucs » qu'un bébé empêche de faire jusqu'aux «  Remarques machistes que les femmes font toutes seules comme des grandes » en passant par « Les femmes et leur étroite relation avec les toilettes ».
    Raphaelle Rérolle
    LE MONDE
  • Elle a eu quarante ans le mois dernier." Ne m'en parlez pas! J'ai déprimé pendant une semaine." Interviewée par téléphone, Maïtena Burundarena, qui partage son temps entre Uruguay et Argentine, se reprend aussitôt : " Oui, c'est vrai, j'ai toujours pensé que ça ne me ferait rien de passer le cap de la quarantaine car je n'ai jamais considéré la jeunesse comme une valeur en soi. Le fait d'avoir été mère très tôt m'a toujours donné conscience de mon âge. Je suis vieille depuis longtemps! " Petite-fille d'un émigrant de Biscaye, Maïtena (" la plus aimée ", en basque), sixième d'une famille de sept enfants, prend vite goût au dessin " pour avoir la paix ". C'est moins son ingénieur de père que sa mère, architecte, qui l'encourage dans cette voie, avec la secrète ambition de voir sa benjamine devenir artiste peintre. En vain. Peu de goût pour les études, un caractère bien trempé, une première fugue à douze ans. La drôlesse n'en fait qu'à sa tête. " J'étais punk et agressive, j'en voulais à la terre entière. " Un premier enfant à dix-sept ans, un second à dix-neuf, puis elle se marie avec leur père mais divorce aussi sec. S'emploie donc à payer le prix de son indépendance. " J'ai commencé en autodidacte comme illustratrice pour toutes sortes de revues spécialisées -sportives, financières, etc. " Sa série des " Déjantées " naît quand un magazine féminin argentin, " Para Ti", lui offre une page hebdomadaire. " Avec ma vie si décousue, si décalée, je doutais de pouvoir relever le défi pour un journal aussi respectable. En fait, peu à peu, j'ai réalisé que je ressemblais bien plus aux autres femmes que je ne le croyais. Maïtena s'institue en entomologiste hors pair de ses congénères, qu'elle épingle comme autant de bestioles condamnées à se heurter aux vitres d'une société implacable, où il faut être belle, mince, élégante, épanouie au travail comme en amour. Bref, parfaite. " Je parle du point de vue de la souffrance, pas de l'humour. L'humour permet de dédramatiser et de vivre telles que nous sommes, avec nos contradictions, nos insatisfactions et nos kilos en trop ! " Résultat: sa mine démine allègrement le terrain domestique et le découpe en tranches de vie saignantes: l'essayage d'un maillot de bain tourne au drame existentiel; les soldes coûtent plus cher que dix ans d'analyse; la cellulite passe pour une maladie honteuse, et les régimes pour un mal nécessaire. Et, bien sûr, la séduction, le couple, la famille, l'amitié, le travail, la solitude ne sont pas en reste. Fervente admiratrice de Claire Bretécher, la dessinatrice argentine malmène autant les femmes mais force moins le trait. Et laisse affleurer une certaine tendresse: " Je suis devenue beaucoup plus tolérante ", concède la pasionaria assagie, de nouveau mère à trente-sept ans. Pas de complaisance pour autant, juste un soupçon de compassion. Féministe, Maïtena? " Non. Même si j'estime que nous devons beaucoup au féminisme. Mais je ne pense pas que la femme soit supérieure à l'homme, pas plus que je ne crois à l'égalité des sexes. L'important, c'est que nous ayons les mêmes droits. " à commencer par le droit de faire rire. " L'humour est resté longtemps l'apanage des hommes pour des questions d'éducation et de mentalité: traditionnellement, une fille se devait d'être discrète, douce, posée. Tout le contraire de l'humour, par nature corrosif et dérangeant. Or l'humour des femmes est beaucoup plus personnel. Elles sont plus drôles, surtout entre elles, car elles n'hésitent pas à faire leur autocritique. Les hommes, eux, discutent de tout - politique, sport, sexe - sauf d'eux-mêmes. Alors que notre distraction favorite, c'est de parler de nous. C'est dire si Maïtena est condamnée à plancher encore longtemps.
    Delphine Peras
    MADAME FIGARO

L’humoriste Quino, père de Mafalda, dit au sujet de Maïtena : « Spontanée et directe, Maïtena ne prétend pas être "un miroir qui reflète la réalité ". Au contraire, elle prend la réalité, le miroir et tout ce qui va avec, et nous les lance à la figure. Ce qui est non seulement plein d’originalité mais en plus très salutaire. »
Sixième d’une famille de sept enfants, Maïtena Burundarena est née à Buenos Aires au mois de mai 1962.
Maïtena a débuté en tant qu’illustratrice autodidacte dans des journaux argentins. Elle a été scénariste de télévision, a tenu un restaurant et un bar. Actuellement, Maïtena vit entre l’Argentine et l’Uruguay, elle est mariée et a trois enfants de 26 ans, 22 ans et 4 ans. Ce qui signifie, selon ses propres mots, pas avec le même homme.
A la fin des années 80, Maïtena a publié des vignettes érotiques dans plusieurs médias européens comme la mythique revue de Barcelone Makoki ou encore en Argentine dans les revues Sex Humor, Fierro et Cerdos y Peces.
Elle a une page hebdomadaire d’humour depuis 8 ans dans la revue féminine argentine de Buenos Aires Para Tí. En 1998, elle commence à publier quotidiennement une vignette humoristique dans le journal argentin La Nation.
Ses dessins sont publiés en Amérique latine, au Chili dans le journal El Mercurio, au Vénézuela dans El Nacional, au Paraguay dans Ultima Hora, au Mexique dans El Universal et à Puerto Rico dans le journal Ultima Hora.
En 1999, les dessins publiés par la revue Para Tí paraissent dans le supplément week-end du journal espagnol El País, et dans l’édition uruguayenne de celui-ci. Depuis juin 2000, le journal italien La Stampa les publie sous le titre Donne a fiori di Nervi.
En Europe, la série Mujeres Alteradas sort sous forme d’album cartonné en Espagne, où elle figure dans la liste des meilleures ventes, en Italie, en France et au Portugal.

Bibliographie