Publication : 01/01/1999
Nombre de pages : 280
ISBN : 979-2-86424-315-6
Prix : 16.77 €

Perdre est une question de méthode

Santiago GAMBOA

ACHETER
Langue originale : Espagnol
Traduit par : Anne-Marie Meunier

Bogotá est une ville violente, synonyme de drogue, mais pour le jeune journaliste Victor Silanpa, c’est aussi la ville où il vit et tient la rubrique des faits divers pour le journal qui l’emploie. En compagnie d’un petit fonctionnaire à la recherche de son frère, il enquête sur l’identification d’un cadavre horriblement empalé et crucifié. Couple don quichottesque, les deux hommes essaient de lutter contre la corruption ordinaire de toutes les grandes métropoles.

Avec un grand sens de l’humour, Gamboa construit un héros mélancolique, amoureux abandonné parce que toujours en retard, d’une fidélité vacillante et qui perd méthodiquement sa vie personnelle à lutter contre les puissants.

Avec une intrigue bien menée, des personnages complexes, un extraordinaire sens du dialogue, ce très jeune romancier ne nous laisse pas nous ennuyer un seul instant et nous montre une Colombie inhabituelle où il ne faut cependant pas prendre un taxi avec un spray pour les maux de gorge…

  • "Par-delà l'intrigue et le suspense, Gamboa nous donne une vision complète de Bogota, avec ses places, ses ruelles; l'emplacement des têtes de taxis; la décrépitude des transports en commun, avec odeurs et vacarme.[...]Ce roman excelle dans le dialogue et se lit avec plaisir".
    Ramon Chao
    LE MONDE
  • « Un thriller colombien qui en dit beaucoup sur un pays où le désordre, c'est l'ordre. »
    Mathieu Lindon
    LIBERATION
  • Retrouvez l'intégralité de l'article écrit à l'occasion de la parution de Perdre est une question de méthode sous format pdf en cliquant ici
    L'OURS POLAR

Santiago Gamboa est une des voix les plus puissantes et originales de la littérature colombienne. Né en 1965, il étudie la littérature à l’université de Bogotá, la philologie hispanique à Madrid, et la littérature cubaine à La Sorbonne. Journaliste au service de langue espagnole de rfi, correspondant à Paris du quotidien colombien El Tiempo, il fait aussi de nombreux reportages à travers le monde pour des grands journaux latino-américains. Sur les conseils de García Márquez qui l’incite à écrire davantage, il devient diplomate au sein de la délégation colombienne à l’unesco, puis consul à New Delhi. Il vit ensuite un temps à Rome. Après presque trente ans d’exil, en 2014, il revient en Colombie, à Cali, prend part au processus de paix entre les farc et le gouvernement, et devient un redoutable chroniqueur pour El Espectador.
Sa carrière internationale commence avec un polar implacable, Perdre est une question de méthode (1997), traduit dans de nombreux pays, mais sa vraie patrie reste le roman (Esteban le héros, Les Captifs du Lys blanc). Le Syndrome d’Ulysse (2007), qui raconte les tribulations d’un jeune Colombien à Paris, au milieu d’une foule d’exilés de toutes origines, connaît un grand succès critique et lui gagne un public nombreux de jeunes adultes.
Suivront, entre autres, Nécropolis 1209 (2010), Décaméron des temps modernes, violent, fiévreux, qui remporte le prix La Otra Orilla, et Prières nocturnes (2014), situé à Bangkok. Ses livres sont traduits dans 17 langues et connaissent un succès croissant, notamment en Italie, en Allemagne, aux États-Unis.
Il a également publié plusieurs livres de voyage, un incroyable récit avec le chef de la Police nationale colombienne, responsable de l’arrestation des 7 chefs du cartel de Cali (Jaque mate), et, dernièrement, un essai politico-littéraire sur La Guerre et la Paix où il passe le processus de paix colombien au crible de la littérature mondiale.
Parce que « le seul endroit où l’on puisse toujours revenir, c’est la littérature ».

Retrouvez l'interview de Santiago Gamboa parue dans L'ours polar et disponible sous format pdf en cliquant ici