Publication : 10/01/2013
Nombre de pages : 204
ISBN : 978-2-86424-895-8
Prix : 18 €

Poisons de Dieu, remèdes du diable

Mia COUTO

ACHETER
Titre original : Venénos de Deus, remédios do Diabo
Langue originale : Portugais
Traduit par : Elisabeth Monteiro Rodrigues

Un jeune médecin portugais, Sidonio Rosa, tombé éperdument amoureux de Deolinda, une jeune Mozambicaine, au cours d’un congrès médical, part { sa recherche et s’installe comme coopérant
à Villa Cacimba. Il y rencontre les parents de sa bien-aimée, entame des relations ambiguës avec
son père et attend patiemment qu’elle revienne de son stage. Mais reviendra-t-elle un jour ?
Là, dans la brume qui envahit paysage et âmes, il découvre les secrets et les mystères de la petite
ville, la famille des Sozihnos, Munda et Bartolomeo, le vieux marin. L’Administrateur et sa Petite
Épouse, la messagère mystérieuse { la robe grise qui répand les fleurs de l’oubli. Les femmes
désirantes et abandonnées. L’absence dont on ne guérit jamais.
Un roman au charme inquiétant.

  • Moins violent que « L'accordeur de silences », sublime roman paru l'an dernier, « Poisons de Dieu, Remèdes du diable » confirme le talent de conteur poète qu'est Mia Couto.
    Sidonio est un jeune médecin de Lisbonne qui débarque à Villa Cacimba, Mozambique, pour retrouver un amour furtif, Deolinda. Il ne va en fait que trouver ses parents qu'il va visiter jour après jour dans l'espoir d'une piste. En pénétrant dans le huis clos de ce couple, Sidonio va absorber toutes les rancœurs et les secrets qui lui seront livrés. Le père, Bartolomeo, reste sur son lit de mort à ruminer contre sa femme, Dona Munda. Le poids des non-dits pèse lourd et celui des croyances aussi.
    Un an plus tard, Sidonio est toujours à Villa Cacimba et en sait un peu plus sur ses habitants mais il demeure un éternel étranger. Son expérience l’a cependant rendu lucide : « Je suis le voyageur du désert qui, au retour, dit : j’ai voyagé à seule fin de chercher mes propres traces. Oui, je suis de ceux qui voyagent à seule fin de se couvrir de saudades. Voilà le désert, et en lui je me rêve ; voilà l’oasis, et en elle je ne sais pas vivre ».

    Les mystères de l'Afrique magnifiquement mêlés à la saudade portugaise sont la potion magique du grand Mia Couto. Auteur unique, il sonde l'intimité de ses personnages et explore l'âme humaine avec grâce. La puissance de son écriture est rare et marque à tout jamais.
    Envoutant!

    Agathe Guillaume
  • « Ce livre (et par ailleurs tous les livres de Mia Couto) et une merveille. »

    Librairie Ouvrir l’œil (Lyon)
  • « Un beau roman qui allie à la fois l'amour, l'humour et la magie. Mia Couto sait nous emmener avec délicatesse dans ce monde envoûtant, avec ce soupçon d'humour qu'il distille avec bonheur. Un jeune médecin portugais tombe éperdument amoureux d'une jeune femme, Deolinda, lors d'un congrès à Lisbonne. D'origine mozambicaine, la jeune femme retourne dans son pays. Hanté par cet amour, Sidonio Rosa décide de se faire muter comme coopérant afin de retrouver sa belle. C'est le roman que je vous conseille cette semaine. »

    Nadine Dumas
  • « Est-ce ainsi, en inventant des vies aux passants en attendant des heures devant une boulangerie, que l’on devient écrivain ? C’est sans doute ainsi, en tout cas, que l’est devenu le grand romancier mozambicain, qui dévoile ici, en confidences, ses vies multiples : poète, journaliste, biologiste, chef d’entreprise… Toutes vouées à un seul culte, celui des mots. » Lire l'article entier ici.
    traduction de l’article de Luís Ricardo Duarte dans Jornal De Letras
    BOOKS
  • « Mia Couto ? Un écrivain au noir qui tire l’humain au clair. » Lire l'article entier ici.
    Gaston-Paul Effa
    LE REPUBLICAIN LORRAIN
  • « Roman après roman, l’écrivain mozambicain réarpente une langue. Bigarée, saugrenue, épique. » Lire l'article entier ici.
    entretien avec Mia Couto
    LE MATRICULE DES ANGES
  • « On pense à la saudade, cette mélancolie portugaise rêveuse qui marie nostalgie, faille et sentiment de vide, que l’on sollicite et que l’on tue dès qu’elle s’éveille : une manière de se survivre à soi-même, mort-vivant. » Lire l'article entier ici.
    Alphonse Cugier
    LIBERTE HEBDO
  • « Mia Couto construit, avec Poisons de Dieu, remèdes du Diable, un roman qui franchit un pas, depuis L’Accordeur de silences, en mêlant, avec un art consommé du récit et une sensibilité à fleur de page dans cette fiction de brume, un réel qui se dérobe et une mythologie qui infuse tous les gestes de la vie. » Lire l'article entier ici.
    Alain Nicolas
    L’HUMANITE
  • « Entre « poison » et « remède », entre Dieu et Diable, une fois encore, les frontières se brouillent, offrant au lecteur le charme d’un questionnement en abyme. »
    Catherine Bédarida
    REVUE MOUVEMENT
  • A l’occasion de la sortie de Poisons de Dieu, remèdes du Diable : « Être écrivain au Mozambique », Mia Couto raconte. Lire l'article entier ici.
    LE COURRIER INTERNATIONAL
  • « Dans ce roman, à la fois drôle, fantasque et décapant, Mia Couto aborde bien d’autres thèmes contemporains : le choc entre modernité et tradition, la persistance des préjugés ethniques, les ravages du sida et la corruption, les désenchantements de l’indépendance. » Lire l'article entier ici.
    BOOKS
  • « Mia Couto déploie, avec une sûreté exceptionnelle, les discours ramifiés, contradictoires et envoûtants de ces êtres perdus en eux-mêmes, les entremêle sans fin pour composer un requiem bouleversant de voix qui s’égarent dans leurs sinuosités compliquées, les faisant revenir toujours au même désir de n’être pas, de vivre ailleurs, de s’oublier dans « une douce inexistence ». Lire l'article entier ici.
    Hugo Pradelle
    LA QUINZAINE LITTERAIRE
  • « Mia Couto ne fait pas de cadeaux à [son héros]. Celui-ci est l’instrument de notre incompréhension quand nous pénétrons un monde opaque et fascinant. » Lire l'article entier ici.
    Pierre Maury
    LE SOIR
  • « Fable savante et délicate, laisse sur la langue la « saveur d’un temps suspendu.» Lire l'article entier ici.
    Catherine Simon
    LE MONDE
  • « Pour ceux toutefois qui n’auraient pas encore goûté à la potion magique de ce sorcier de la langue, on redira ce que l’on trouve dans ses histoires et que le titre de ce nouveau roman condense : des remèdes et des poisons, à prescrire à une humanité atteinte de de douloureux maux de l’âme. » Lire l'article entier ici
    Véronique Rossignol
    LIVRES HEBDO
  • « Jusqu’au bout, Mia Couto brouille les pistes, greffant au mystère cette part de rêve qui guérit les bleus de l’âme. »
    Anne Berthod
    LA VIE
  • « Heureux ceux qui n’ont pas encore découvert l’écrivain Mia Couto. » Lire l'article entier ici.
    Marine Landrot
    TELERAMA
  • « Reste la faconde de Mia Couto, dont la langue enchantée – superbement traduite en français – sert de thérapie au monde délabré qu’il met en scène. »
    André Clavel
    LIRE
  • Plus d'infos ici.
    Jacqueline Mallette
    MONTREAL157
  • « Mia Couto, roi de la langue réinventée et des dialogues magiques, qui tente ici, malgré tout, une manière différente de faire les choses – plus incisives, mais plus empathique aussi. Soigné, mais non tragique. Une grande compagnie pour les lecteurs, un petit tome pour la littérature universaliste. Des poisons qui n’ont pas besoin d’antidote ! » Plus d'infos ici.
    20 MINUTES.FR

Mia Couto est né au Mozambique en 1955. Après avoir étudié la médecine et la biologie, il s’engage aux côtés du frelimo en faveur de l’indépendance du pays, devient journaliste puis écrivain. Il travaille actuellement comme biologiste, spécialiste des zones côtières, et enseigne l’écologie à l’université de Maputo. Pour Henning Mankell, « il est aujourd’hui l’un des auteurs les plus intéressants et les plus importants d’Afrique ». Ses romans sont traduits dans plus de 30 pays.

Il a reçu de nombreux prix pour son œuvre, dont le Prix de la francophonie en 2012, le prix Camões en 2013, le prix Neustadt 2014 (Allemagne), il a également été finaliste de l’Impac Dublin Literary Award et du Man Booker Prize en 2015.

Bibliographie