Publication : 05/01/2017
Nombre de pages : 160
ISBN : 979-10-226-0535-9
Prix : 17 €
Disponible

Heimska

La stupidité

Eiríkur Örn NORÐDAHL

ACHETER
Titre original : Heimska
Langue originale : Islandais (Islande)
Traduit par : Eric Boury
Prix
  • Prix Transfuge pour le Meilleur Roman Scandinave - 2017

Futur proche, bienvenue dans la surVeillance : les caméras sont partout, impossible de se déconnecter. Au royaume de la transparence, tout ce qui est caché est suspect.
Áki et Lenita viennent de se séparer et se vengent par personnes interposées en se livrant à toutes sortes d’expériences sexuelles sous l’œil attentif des webcams. Tous deux écrivains, ils achèvent chacun leur roman. Un roman unique. Qui fera date.
À Isafjördur, le soleil de minuit commence à pâlir et les mystérieuses coupures d’électricité se multiplient, privant les habitants des joies du voyeurisme ; un groupe d’étudiants en arts squatte une ancienne usine de crevettes en cultivant des projets louches ; les autorités sévissent, pas toujours raisonnables.

Dystopie contemporaine, Heimska est une satire vibrante de notre addiction à la vie des autres, de notre obsession de la transparence, de notre vanité sans bornes. Norðdahl passe le monde à la moulinette : l’art, l’amour et la politique sont autant d’illusions narcissiques qu’il convient de déboulonner avec une joie féroce.

« Eiríkur Örn Norðdahl n’a peur de rien. » Sophie Joubert, L’Humanité

  • "Humour passé au vitriol dans ce roman où le voyeurisme est devenu un sport de compétition dans une société pas si éloignée de la nôtre..."

  • "Futur proche ? Science fiction ? à mi-chemin ! L'auteur nous donne à voir un monde où la surVeillance est partout, dans chaque pièces, dans chaque rues,... Tout une réflexion sur notre société connectée et sur notre besoin de savoir ce qui se passe ailleurs, chez les autres, dans leur intimité,... c'est alors qu'une coupure ...
    Un vrai régal !"

    Marie
  • "Un roman vif et alerte qui ne manque pas de déranger ni d'interroger le lecteur face à l'avènement d'une société transparente où chacun s'exhibe et s'expose volontairement au regard de tous, par caméras et écrans interposés, dans ses gestes les plus quotidiens et son intimité la plus profonde. Que deviennent alors les individus, leurs sentiments, leurs relations ? Áki et Lenita, couple d'écrivains célèbres en crise, baignent dans cette ambiance délétère, révélant chacun un narcissisme qui confine à la stupidité. Est-il encore temps d'en sortir et d'y échapper ? Le lecteur est troublé mais, sous l'acidité mordante d'Eirikur Örn Norđdhal, reste éveillé devant cet effarant cauchemar de notre modernité."

    Manuel Hirbec
  • "Entrez dans un monde où il est suspect de ne pas confier chaque image de sa vie à Internet ! L'expérience est troublante, voire nauséeuse mais intéressante. Une vision cynique d'une société de voyeurs et d'exhibitionnistes."

    Marie-Fanny
  • "L'écriture est une activité d'egos contradictoires à tendance maniaco-dépressive." Lire l'interview de E.O. Norddahl ici

    Oriane Jeancourt-Galignani
    Transfuge
  • "Eiríkur Örn Norddahl porte un œil acerbe et aiguisé sur le monde des lettres qu’il côtoie de l’intérieur." Lire l'article ici

    Sandrine Brugot Maillard
    Mes Imaginaires
  • "Nul pittoresque dans ce conte décapant sans volcan, ni Vikings. Mais une vision très noire d'une société qui sous couvert de transparence déploie du vide." Lire l'article ici 

    Frédérique Bréhaut
    Le Maine Libre - Le Courrier de l'Ouest- Presse Océan
  • "Heimska est un roman dense, a la construction diffractée, miroir de nos obsessions contemporaines et de nos vanités" Lire l'article ici

    Sophie Joubert
    L'Humanité dimanche
  • "Une dystopie crédible et cruelle, reflet calé-décalé de nos sociétés, outré juste assez pour faire sourire, plausible juste ce qu’il faut pour inquiéter sinon désoler. Un parfum d’Idiocratie, dans le monde du Tout Image." Lire l'article ici

    Julie Coutu
    Blog Julia à mi mots
  • "Une dystopie contemporaine très bien menée.'' Lire l'article ici

    Blog Léa Touch Book
  • "Heimska interroge avec intelligence la manière dont la tyrannie de l'image transforme les pratiques et les individus." Lire l'article ici

    Alexis Maroy
    La Libre Belgique
  • "Le ton d'Eiríkur Örn Norddahl a une originalité qui déstabilise les pensées préconçues." Lire l'article ici

    Mathieu Lindon
    Libération
  • "Un conte cruel, ravageur, sarcastique." Lire l'article ici

    Myriam Perfetti
    Marianne
  • "Heimska, La stupidité est une œuvre bouillonnante, prenante, une authentique expérience de lecture." Lire l'article ici

    Sébastien Rivoire
    Site Addict Culture
  • "Norðdahl nous livre un roman efficace et grinçant à souhait, mais tellement juste…" Lire l'article ici

    Blog La livrophage
  • "Le style de l'auteur est absolument remarquable ! Humour noir, dérision, et réflexion profonde sur la société arrosés par un ton direct, franc, efficace." Lire l'article ici

    Blog Cryssilda Collins
  • "Eiríkur Örn Norđdahl sait prendre des risques avec des sujets audacieux, des sujets contemporains ancrés dans la fine analyse de la société qui poussent le lecteur à la réflexion." Lire l'article ici

    Blog Sur la route de Jostein
  • "Les romans de Norđdahl procurent cette forme pure de griserie, la plus proche de la lettre comme s'il s'agissait d'un mot valise : le gris allié à la rêverie." Lire l'article ici

    Macha Séry
    Le Monde des Livres
  • "Derrière la dérision on devine, sinon un idéal, en tout cas une ligne de conduite que l'auteur sait suivre avec toute l'insolence requise." Lire l'article ici

    Marc Séfaris
    Transfuge
  • "Norddahl mène son affaire avec une cruauté triste, les accents prophétiques (et politiques) d'un romancier pur." Lire l'article ici

    Olivier Mony
    Livres Hebdo

Eiríkur Örn Norđdahl  est né à Reykjavik en 1978 et a grandi à Isafjordur. Il a commencé à écrire vers 2000, mais la nécessité l’a amené à faire d’autres choses pour gagner sa vie. Il a  vécu à Berlin en 2002-2004 puis dans plusieurs pays d’Europe du Nord,  en particulier à Helsinki (2006-2009) et en Finlande (2009-2011) et dernièrement au Viêtnam. En 2004 il a été un des membres fondateurs du collectif poétique d’avant-garde Nyhil, en Islande. En 2008, il a reçu le Icelandic Translators Award pour sa traduction du roman de Jonathan Lethem, Les Orphelins de Brooklyn. Il a obtenu une mention Honorable au Zebra Poetry Film Festival de Berlin en 2010 pour son animation poétique,  Höpöhöpö Böks. En  2012 Norddahl a reçu le Icelandic Literary Prize, catégorie fiction et poésie, ainsi que le Book Merchants' Prize pour son roman Illska.

Bibliographie