Publication : 10/01/2013
Nombre de pages : 416
ISBN : 978-2-86424-894-1
Prix : 21 €

Des larmes sous la pluie

Rosa MONTERO

ACHETER
Titre original : Lágrimas en la lluvia
Langue originale : Espagnol (Espagne)
Traduit par : Myriam Chirousse
Prix
  • Prix Tess d’or du meilleur roman fantastique par Tess Magazine - 2013

États Unis de la Terre 2119, les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour réécrire l’histoire de l’humanité et la rendre manipulable. Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur ellemême, sur le mémoriste qui a créé les souvenirs qu’elle porte en elle et qui la rapprochent des humains. Aux prises avec le compte { rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens, les seuls encore capables de raison et de tendresse dans ce tourbillon répressif de vertige paranoïaque. Rosa Montero choisit un avenir lointain pour nous parler de ce qui fait notre humanité, notre mémoire et notre identité, la certitude de notre mort et de celle de ceux que nous aimons. Ses personnages sont des survivants qui s’accrochent à la morale politique, à l’éthique individuelle, à l’amitié et à l’amour. Elle construit pour nous un futur cohérent, une intrigue vertigineuse et prenante pour nous parler de notre mort et de l’usage que nous faisons du temps qui nous est imparti. Elle écrit avec passion et humour, les outils essentiels pour comprendre le monde.

  • « Ce petit mail pour vous remercier de l'envoi du nouveau roman de R.Montero : j'ai adoré ! Alors que ce n'était pas a priori mon genre de lecture, je me suis laissée emportée par le contexte entourant l'intrigue et surtout par le formidable personnage de Bruna que je me réjouirais de retrouver dans une nouvelle enquête. «

    Géraldine Frognet
    Librairie La lettre écarlate (Arlon (Belgique))
  • « Inspiré de Blade runner, cette histoire percutante et troublante renoue avec les grands classique de la SF. Magnifique ! »

    Emilie Pautus
  • « Le futur n'a jamais aussi bien été abordé que par les écrivains - nous viennent immédiatement à l'esprit des noms comme Philip K. Dick ou Isaac Asimov. Pour cette rentrée 2013, Rosa Montero – que nous aurons le plaisir de recevoir le mercredi 23 janvier en conférence – nous livre sa propre version avec Des larmes sous la pluie (titre tiré d'un dialogue du film Blade Runner de Ridley Scott) publié aux éditions Métailié.
    Parfois attendus, souvent redoutés, les robots sont présents dans l'univers de Rosa Montero, mais ceux-ci sont si évolués qu'ils font partie intégrante de la société... du moins, c'est ce qui est dit sur le papier. En effet, s'il y a malheureusement un trait de caractère humain qui perdure avec le temps, c'est bien la peur de la différence. Les techno-humains, ou reps, ont des avantages que nous n'aurons jamais : ils ne vieillissent pas et ne sont pas d'une constitution fragile. En revanche, leur temps de vie est limité à dix ans et, pour éviter des troubles psychologiques, leur enfance est créée de toute pièce et implantée dans leur cerveau. Ils vivent donc en ayant conscience du mensonge de leur passé.
    Bruna Husky est détective. Les affaires viennent juste de reprendre quand sa voisine de palier, une androïde, tente de l'assassiner avant de se supprimer en s'arrachant l'œil. Folie passagère ? Notre héroïne n'y croit guère, surtout lorsque des cas similaires se reproduisent. Par quel stratagème les reps perdent-ils le sens commun ? Est-ce à cause d'une drogue ou est-ce une conspiration ?
    Rosa Montero se lance dans la littérature dite de genre ou, pour être plus précis, dans un roman d'anticipation mêlant le policier et la science-fiction. Toutefois, il ne serait pas de bon ton de le juger à part dans son œuvre car une sérieuse réflexion sur la coexistence des espèces est menée dans cet ouvrage. Des espèces qui se jugent, qui se pourchassent, qui s'assassinent... en bref, s'installe un climat de terreur qui n'est pas sans rappeler celui de la seconde guerre mondiale. La vision du futur de l'auteur est troublante car, à bien y réfléchir, la fiction pourrait devenir réalité. »

    Marilyn Anquetil
  • « Voici un texte qui m'a totalement piégée.
    Il y est question d'aliens, de réplicants, de conflits armés entre divers Etats de la Terre, le tout dans un futur situé en 2109.
    A priori, un univers romanesque vers lequel j'ai plutôt du mal, habituellement, à aller y mettre les yeux. Rosa Montero a pourtant réussi à m'embarquer.
    Ces 400 pages relèvent aussi bien du polar, que du thriller et du conte philosophique.
    Bruna Husky, une réplicante de type "combat" mène une enquête sur les morts violentes d'autres réplicants. Comme tout réplicant, elle sait que son cycle vital est limité à 35 ans, son compte à rebours a donc commencé. Et comme tout réplicant, lui a été implanté un jeu complet de mémoire (de sa supposée enfance, d'un passé imaginaire) : il a en effet été constaté que l'intégration sociale entre les humains et les réplicants était grandement facilitée si les réplicants disposaient d'un passé....
    "[...] nous sommes ce dont nous nous souvenons [...]." Une fois la mémoire installée dans ce techno-humain qu'est le réplicant, elle ne peut en aucune cas être modifiée -- sauf à enfreindre la Loi...
    Montero rend ici un bel hommage à Philipp K. Dick. Et, une fois le livre refermé, comme une nécessité : revoir Blade runner, l'adaptation cinématographique que fit Ridley Scott de la nouvelle de Dick "Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques?" et guetter les "larmes sous la pluie".

    Dominique Minard
  • « Le pari était gonflé : écrire un thriller futuriste inspiré de l’univers de Philip K.Dick. Armée d’un personnage de détective réplicant aussi mélancolique qu’attachant, Rosa Montero touche juste. Inscrite dans un monde angoissant et une réalité qui se dérobe en permanence, son intrigue au cordeau interroge ce qui fonde l’humanité.
    Crâne rasé, long tatouage vertical qui lui sépare le corps en deux, Bruna Husky est une Réplicant de combat. Nous sommes en 2109, après diverses guerres et catastrophes écologiques, les pays de la planète bleue sont réunis sous la bannière des Etats-Unis de la Terre. Les Réplicants ou techno-humains ont été crées par assurer les taches ingrates : extraction minière, exploration spatiale, guerres… Leur sensibilité et leurs souffrances ne les distinguent pourtant pas des humains, mais leur temps de vie est limité à dix ans et ils le savent. Bruna n’est pas une activiste du Mouvement radical Replicant, groupe identitaire à tendance parano, mais quand de nombreux réplicants deviennent fous et violents après avoir subi l’implantation de mémoires frelatées, elle se demande à qui profite le crime. Entraînée dans une enquête vertigineuse en eaux franchement troubles, peut-elle se fier à cet inspecteur et à ce mémoriste interlopes qui lui collent étrangement aux basques ? »

    Wilfrid Séjeau
    Librairie Le Cyprès (Nevers)
  • « Et si Blade Runner (inspiré d'un roman de K. Dick, "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?") avait une suite ? Montero l'imagine avec un talent fou mettant en scène un monde si peu futuriste que cela en devient fascinant tout en s'interrogeant de manière quasi métaphysique sur la nature humaine. Un roman magnifique ! »

    Agnès Gateff
  • « La richesse du propos, parfaitement argumenté et maîtrisé, la romancière le doit à son talent comme à sa profession de journaliste dans El País. Non seulement voici, sans hésiter, le livre du mois, mais sans doute aussi celui de l’année. » Lire l'article entier ici.
    Jean-Pierre Fontana
    L’ECRAN FANTASTIQUE
  • Entretien avec Rosa Montero à lire ici.
    Wilfrid Séjeau
    LIRE
  • « Rosa Montero s’inscrit dans la lignée des Hemingway, des Garcia Marquez, de ces auteurs qui écrivent au plus près du réel, de l’expérience vécue. Ce qui lui permet de parler littérature aussi bien que de politique, de crise ou d’économie. » Lire l'article entier ici.
    Daniel Martin
    LA MONTAGNE- CENTRE FRANCE
  • « Cette incursion de Rosa Montero dans la SF est une belle réussite. Son monde de 2109 est fascinant, même s’il nous terrorise. Et ses héros sont très attachants. » Lire l'article entier ici.
    Jean-Claude Vantroyen
    LE SOIR
  • « Roman de la survie, ce thriller futuriste déploie les thèmes croisés de la cohabitation et de la ségrégation entre espèces. » . Lire l'article entier ici.
    Macha Séry
    LE MONDE
  • « Mais le plus intéressant dans ces Larmes sous la pluie, ce sont les intuitions toutes simples de l’auteur sur l’avenir de notre espèce : développement de la domotique, unification politique du monde, contact avec les extraterrestres, ou encore fin du savoir historique, la mémoire étant fragmentée en discours victimaires concurrents qui manipulent le passé. »
    Bernard Quiriny
    LE MAGAZINE LITTERAIRE
  • « La romancière espagnole Rosa Montero prolonge le monde futuriste de « Blade Runner ». On s’y croirait. » Lire l'article ici.
    Jean-Luc Porquet
    LE CANARD ENCHAINE
  • « Rosa Montero ne manquait pas d’appétit ni d’imagination en s’attaquant à ses Larmes : le récit est ambitieux, ample, et évite quelques habituels chausse-trappes du genre – l’inventivité, pour une fois, ne remplace pas les personnages. » Plus d'infos ici.
    LE VIF/ FOCUS.BE
  • « La grande force vitale de ce livre est peut-être juste ce que les lecteurs attendaient depuis longtemps. » Plus d'infos ici.
    20 MINUTES.FR
  • « J’ai voulu faire un livre heureux, raconte Rosa Montero » LIre l'article entier ici.
    BOOKS
  • « Elle construit son propre univers et surtout une très belle héroïne à la fois fragile et d’une grande vitalité. » Plus d'infos ici.
    MES IMAGINAIRES
  • Plus d'infos ici.
    CAROZINE

Rosa Montero est née à Madrid où elle vit. Après des études de journalisme et de psychologie, elle entre au journal El País où elle est aujourd’hui chroniqueuse. Best-seller dans le monde hispanique, elle est l’auteur de nombreux romans, essais et biographies traduits dans de nombreuses langues, parmi lesquels La Fille du cannibale (prix Primavera), Le Roi transparent et L’Idée ridicule de ne plus jamais te revoir.