Publication : 02/09/2021
Pages : 288
Grand Format
ISBN : 979-10-226-1149-7
Couverture HD

La Bonne Chance

Rosa MONTERO

ACHETER GRAND FORMAT
21 €
Titre original : La buena suerte
Langue originale : Espagnol
Traduit par : Myriam Chirousse

“La joie est une habitude.”
Qu’est-ce qui pousse un homme à descendre d’un train à l’improviste et à se cacher dans un village perdu ? Il veut recommencer sa vie ou en finir ? Il fuit quelqu’un, ou quelque chose, peut-être lui-même ? Le destin l’a conduit jusqu’à Pozonegro, un ancien centre minier désormais à l’agonie. Devant chez lui passent des trains qui peuvent être son salut ou sa perte, tandis que ceux qui le cherchent sont à l’affût. La chute semble se rapprocher…

Mais dans ce lieu maudit cet homme fait, aussi, la connaissance de gens comme la lumineuse, généreuse Raluca, un peu cinglée peut-être, qui peint des chevaux et a un secret. Ici, tout le monde a un secret, certains plus obscurs et dangereux que d’autres, quelques-uns ridicules. Parce que la vie est aussi une comédie. Et certains font semblant d’être ce qu’ils ne sont pas, ou cachent leurs véritables intentions. C’est le grand jeu des mensonges.

Une intrigue ensorcelante, d’une précision d’horloge, dévoile peu à peu le mystère de cet homme et, ce faisant, nous montre une radiographie des désirs humains : la peur et le calme, la culpabilité et la rédemption, la haine et la passion.

Ce roman parle du Bien et du Mal et de la façon dont, malgré tout, le Bien l’emporte. C’est une histoire d’amour, tendre et fébrile, mais aussi d’amour de la vie. Parce que, après chaque défaite, il peut y avoir toujours un nouveau début, et parce que la chance n’est bonne que si nous le décidons ainsi.

Rosa Montero est née à Madrid où elle vit. Après des études de journalisme et de psychologie, elle entre au journal El País où elle est aujourd’hui chroniqueuse. Best-seller dans le monde hispanique, elle est l’auteur de nombreux romans, essais et biographies traduits dans de nombreuses langues, parmi lesquels La Fille du cannibale (prix Primavera), Le Roi transparent et L’Idée ridicule de ne plus jamais te revoir.