Publication : 05/02/2009
Nombre de pages : 336
ISBN : 978-2-86424-673-2
Prix : 19 €

Hiver arctique

Arnaldur INDRIDASON

ACHETER
Titre original : Vetrarborgin
Traduit par : Eric Boury

Arnaldur Indridason a reçu pour ce livre et pour la troisième fois le prix Clé de Verre du roman noir scandinave.

Le corps d’un petit garçon était couché dans la neige lorsque la voiture d’Erlendur est arrivée au pied de l’immeuble de banlieue, en cette fin d’après-midi glaciale de Reykjavik. Il avait douze ans, rêvait de forêts, ses parents avaient divorcé et sa mère venait de Thaïlande, son grand frère avait du mal à accepter un pays aussi froid.

Le commissaire Erlendur et son équipe n’ont aucun indice et vont explorer tous les préjugés qu’éveille la présence croissante d’émigrés dans une société fermée. Erlendur est pressé de voir cette enquête aboutir, il néglige ses autres affaires, bouscule cette femme qui pleure au téléphone et manque de philosophie lorsque ses enfants s’obstinent à exiger de lui des explications sur sa vie qu’il n’a aucune envie de donner. La résolution surprenante de ce crime ne sortira pas Erlendur de son pessimisme sur ses contemporains.

Dans cet impressionnant dernier roman, Indridason surprend en nous plongeant dans un monde à la Simenon.

  • Erlendur et son équipe ont bien du mal à démarrer leur triste enquête sur le meurtre affreux du petit Elias, 10 ans […]. Crime raciste ? Pédophilie ? Vengeance ? […] Erlendur […] se heurte à une problématique sociale importante : l’immigration.(Page des libraires)

    Coline Hugel

  • Enlever la précedente et mettre celle-ci :
    « L’option finale est cinglante, aigre-douce à souhait, un sommet de pessimisme. »


    Sabrina Champenois
    LIBERATION

  • « Arnaldur Indridason s’impose avec ce roman très personnel comme une des grandes voix du roman policier contemporain. »

    Alain Nicolas
    L’HUMANITE

  • « On lit en apnée, jusqu’à la résolution de l’énigme, encore plus tragique que ce qu’on l’avait imaginé. »



    METRO

  • « Avec le sombre et poignant Hiver Arctique, le "Simenon islandais", Arnaldur Indridason, offre un nouveau grand polar. On y retrouve l’inspecteur Erlendur, qui mène l’enquête, pris entre son histoire personnelle et l’exigence de vérité. »

    Jean-Rémi Uvèb
    DIRECT SOIR

  • « L’"Hiver Arctique" déferle sur la France […] Voilà un roman noir étonnant qui entretient le suspense tout en décrivant de l’intérieur une société en décomposition en proie à des violences raciales. »

    Mohammed Aïssaoui

    LE FIGARO LITTERAIRE

  • L’auteur d’Hiver Arctique regarde l’Islande au plus près des petites gens, à la manière de Maigret. Et signe son meilleur roman.»


    Eric Libiot

    L’EXPRESS

  • « Et si Indridason avait raison, si le seul risque pour la planète était non pas son réchauffement, mais l’égalisation des âmes, la disparition des particularités des peuples dans un monde aseptisé ? Les Islandais ne préféreront-ils pas alors un jour disparaître comme les ours de leur Arctique ? Mais, chut ! Faisons comme eux, calfeutrons-nous et attendons l’"été arctique" et le prochain Indridason. »


    Bernard-Charles Larré-Larrouy
    L’EXPRESS

  • « Arnaldur Indridason, comme à son habitude – avec brio -, mêle les intrigues, le passé et le présent, retourne les situations les plus évidentes et raconte une Islande meurtrie et malgré tout magnifique, à la croisée des ténèbres et de la rédemption. »


    Martine Laval
    TELERAMA

  • « Jamais Indridason n’a autant mérité la flatteuse comparaison avec Georges Simenon : à mille lieues des Experts, son héros ne progresse dans ses rechercher qu’en recoupant témoignages et archives. Sur un rythme faussement lent, il entraîne son lecteur dans de sombres labyrinthes où l’on frissonne de froid et d’effroi. »


    Jean-Christophe Buisson
    LE FIGARO MAGAZINE

  • « Meurtre d’un enfant thaïlandais dans Reykjavik : coup de maître signé du Simenon islandais, Arnaldur Indridason. »
    Benoît Delmas
    COURRIER INTERNATIONAL

  • « Tout en s’attachant à une enquête ordinaire mais pas plus facile pour autant – l’assassinat d’un enfant métis, fils d’un autochtone et d’une immigrée thaïlandaise -, le roman revient sur l’enfance d’Erlendur, insiste sur la perte de son cadet, peut-être à l’origine de sa tristesse chronique, et précise son portrait d’homme du passé perdu dans une Islande moderne. »
    Alexis Brocas
    LE MAGAZINE LITTERAIRE

  • « […] cet auteur de 48 ans vient de publier en France son cinquième livre, Hiver arctique. Il est entré dans la liste des best-sellers dès la première semaine de mise en vente. […] Avec cet écrivain, on visite beaucoup de cimetières, on déterre des squelettes qui révèlent des drames familiaux, sociaux, politiques. Son héros, Erlendur, est un policier qui vit seul, s’occupe comme il peut de sa fille droguée, agressive, qui l’appelle à l’aide quand elle manque d’argent. Pas de femme, peu d’amis, Erlendur est renfermé, laconique, mal en point et perdu dans une société qui change trop vite pour lui. »


    Christine Ferniot
    LIRE

  • « On va à l’essentiel, avec énormément d’humanité, de pudeur et de patience, pour trouver ici qui pouvait en vouloir à un petit garçon venu de Thaïlande. »

    Simone Saint Martin
    FEMMES

  • « Un tableau de l’Islande à frissonner et une double intrigue menée de main de maître. »

    Catherine George-Hoyau

    PLEINE VIE

  • « Erlendur compose au fils des récits un personnage de plus en plus attachant, dont le passé trouble et douloureux vient s’entrechoquer avec un présent oppressant. »

    Pauline Sommelet

    POINT DE VUE

  • « Du vrai grand polar, écrit dans un style sobre et direct. »

    Eliane Girard

    PRIMA

  • « […] c’est son Islande déstabilisée par les vagues d’immigration, la mondialisation, et parfois tentée par le repli sur soi, que raconte l’auteur de La Cité des Jarres. Un polar glaçant. »


    Tifenn Duchatelle

    VOICI

  • « Une nouvelle incursion dans la réalité désenchantée du pays des elfes et des sagas par un auteur qui mérite de plus en plus son surnom de "Simenon islandais".»

    Valérie Lapierre
    UPSTREET

  • « « Une des plus belles inventions de la littérature criminelle signée Arnaldur Indridason. »

    Josiane Guéguen

    OUEST France

  • « Arnaldur Indridason dissèque à vif l’Islande […] Glacial ! »

    François Montpezat

    DNA

  • « A réussi le pari de demeurer, livre après livre, ce héros désenchanté qui nous enchante. »


    Lionel Germain

    SUD OUEST

  • « Mêlant l’intime et le social, le crime et le souvenir, l’Islandais poursuit son exploration du monde. »


    Daniel Martin
    CENTRE France

  • « Dans cet impressionnant dernier roman, Indridason surprend en nous plongeant dans un monde à la Simenon. »

    Alexis Marie
    LA REPUBLIQUE DU CENTRE

  • « L’enfance est le diamant noir de ce livre, le véritable enjeu du travail d’Indridason et la vraie sacrifiée d’un monde en pleine décomposition morale. »

    Claudine Galéa

    LA MARSEILLAISE

  • « C’est magnifiquement écrit, c’est profond, c’est vraiment digne du meilleur Simenon ! »
    Bertrand Arbogast
    L’ECHO

  • « Un "Hiver Arctique" mélancolique et envoûtant. […] Racisme, alcool, drogues ou haine de soi, Indridason scrute la nature humaine dans sa plus grande fragilité, en même temps qu’il écrit un polar kaléidoscopique savamment rythmé. Le tout sans effets de manches ni rebondissement invraisemblables, mais avec une musicalité des plus envoûtante. »


    Anne-Sylvie Sprenger
    LE MATIN

  • « C’est tout sauf gai, mais toujours aussi prenant. Du grand Indridason ! »


    Eric Steiner
    LA LIBERTE

  • « Comme dans ses autres romans, Arnaldur Indridason mène son roman avec une grande maestria, mêlant les pistes et ménageant le suspense jusqu’au bout. »


    Guy Duplat
    LA LIBRE Belgique

  • « Comme toujours, Indridason fait preuve d’une excellente maîtrise à la fois de l’intrigue qui progresse subtilement vers un dénouement surprenant et des dialogues justes et rigoureux. »

    Michel Paquot
    VERS L’AVENIR

  • « Chez Indridason, l’enquête policière reste un prétexte pour creuser toujours plus profond les thèmes de l’identité, de la mémoire et du temps. »

    Françoise Nydegger

    LA TRIBUNE DE GENEVE

  • « Cinquième roman traduit d’Arnaldur Indridason, l’un de ces grands Scandinaves du polar dont les œuvres ne cessent d’impressionner tant par leur qualité littéraire que par leur popularité à l’échelle mondiale. »

    Roger Gaillard

    LE TEMPS

  • « Erlendur revient. Et alors que le froid, impitoyable, s’installe en terre d’Islande, le commissaire de Reykjavik n’est pas des plus en forme. Hanté par ses démons, usé par la vie et le temps qui passe, il suit l’enquête sur l’assassinat d’un jeune garçon thaïlandais plutôt qu’il ne la mène. »


    TAGEBLATT

  • « Dans cet hiver arctique, tout le monde disparaît, même le innocents. Un thème qui, décidément, semble autant fasciner l’écrivain qu’il hante son héros. »
    Mireille Descombes

    L’HEBDO SUPPLEMENT

  • « On ne le lâche pas, ce qui est (très) rare, on vagabonde dans une société qui se ment beaucoup, jusqu’à la révélation finale, véritable coup de poignard dans l’univers social islandais. Un roman noir que l’on doit à un grand écrivain. »
    Benoît Delmas
    BLOG COURRIER INTERNATIONAL

 

1

On parvenait à deviner son âge, mais il était plus difficile de se prononcer avec précision sur l’endroit du monde dont il était originaire.

Ils lui donnaient environ dix ans. Vêtu d’une doudoune déboutonnée grise à capuche et d’un pantalon couleur camou­flage, une sorte de treillis militaire, l’enfant avait encore son cartable sur le dos. Il avait perdu l’une de ses bottes. Les policiers remarquèrent à l’extrémité de sa chaussette un trou duquel dépassait un orteil. Le petit garçon ne portait ni moufles ni bonnet. Le froid avait déjà collé ses cheveux noirs au verglas. Il était allongé sur le ventre, une joue tournée vers les policiers qui regardaient ses yeux éteints fixer la surface glacée de la terre. Le sang qui avait coulé sous son corps avait déjà commencé à geler.

Elinborg s’agenouilla près de lui.

– Mon Dieu, soupira-t-elle, que se passe-t-il donc ?

Elle tendit le bras, comme pour poser sa main sur le corps sans vie. L’enfant semblait s’être couché pour se reposer. Elinborg avait du mal à se maîtriser. Comme si elle refusait de croire ce qu’elle voyait.

– Ne le touche pas, demanda Erlendur d’un ton calme, debout à côté du corps avec Sigurdur Oli.

– Il a dû avoir froid, marmonna Elinborg en ramenant son bras.

La scène se passait au milieu du mois de janvier. L’hiver était resté clément jusqu’à la nouvelle année, puis le temps s’était considérablement refroidi. Une coque de glace enserrait la terre, le vent du nord sifflait et fredonnait contre l’immeuble. De grandes nappes de neige recouvraient le sol. La poudreuse s’accumulait par endroits en formant de petits monticules dont les flocons les plus fins s’envolaient en volutes. Le vent leur mordait le visage, les pénétrant jusqu’aux os à travers leurs vêtements. Saisi d’un frisson, Erlendur enfonça profondément ses mains dans les poches de son épais manteau. Le ciel était chargé de nuages. Il était à peine quatre heures. La nuit avait déjà commencé à tomber.

– Quelle idée d’aller fabriquer des pantalons militaires pour des enfants ! observa-t-il.

Les trois policiers se tenaient en cercle autour du cadavre. Les gyrophares bleus projetaient leur lueur sur l’immeuble et les maisons alentour. Quelques passants s’étaient agglutinés à côté des véhicules de police. Les premiers journalistes étaient arrivés sur les lieux. Les policiers de la Scientifique prenaient des clichés, rivalisant de flashs avec les gyrophares. Ils faisaient des relevés de l’emplacement où se trouvait le corps de l’enfant ainsi que des abords immédiats. C’était la première étape de l’investigation sur la scène du crime.

– Les treillis sont à la mode, nota Elinborg.

– Tu trouves quelque chose à redire au fait que les gamins portent ce genre de pantalons ? s’agaça Sigurdur Oli.

– Je ne sais pas, répondit Erlendur avant d’ajouter : en effet, cela me semble étrange.

Il laissa son regard glisser le long de la façade de l’immeuble. A certains étages, des gens étaient sortis, bravant le froid, pour observer la scène depuis leur balcon. D’autres se calfeutraient chez eux et se contentaient de regarder depuis leur fenêtre. La plupart des habitants de l’immeuble n’étaient toutefois pas rentrés du travail, l’obscurité régnait derrière les vitres. Ils allaient devoir frapper aux portes de tous ces appartements pour interroger leurs occupants. Le témoin qui avait découvert l’enfant leur avait précisé qu’il vivait dans ce bâtiment. Peut-être la victime avait-elle été laissée seule à la maison, peut-être était-elle tombée du balcon, événement qui entrerait alors dans la catégorie des accidents domestiques stupides. Erlendur préférait cette hypothèse à celle d’un assassinat, à quoi il ne parvenait pas à se résoudre.

Il scruta les alentours. L’ensemble des immeubles qui for­maient comme une cour ne semblait pas très bien entretenu. Au centre, une petite aire de jeu délimitée par du gravier abri­tait deux balançoires dont une cassée : son assise secouée par le vent pendait jusqu’à terre. Il y avait aussi un toboggan usé et rouillé à la vieille peinture rouge écaillée, ainsi qu’un tape-cul sommaire avec deux petits sièges en bois. L’une des extrémités était fichée dans la terre, piégée par le gel, alors que l’autre pointait en l’air, tel un gigantesque canon.

– Il faut que nous retrouvions sa botte, observa Sigurdur Oli.

Tous les trois avaient le regard rivé sur la chaussette trouée.

– Je n’arrive pas à y croire, soupira Elinborg.

Des policiers de la Scientifique recherchaient des empreintes sur les lieux, mais la nuit tombait et le verglas ne semblait receler aucune trace. Le terrain tout entier était recouvert d’un épais bouclier de glace mortellement glissant où affleuraient çà et là quelques taches d’herbe. Le médecin régional de Reykjavik avait confirmé le décès et, ayant trouvé un endroit où il imaginait pouvoir s’abriter du vent du nord, il s’efforçait de s’allumer une cigarette. N’étant pas certain de l’heure du décès, qu’il pensait remonter à une heure tout au plus, il affirmait qu’un expert médicolégal devrait effectuer des recoupements entre la température extérieure et celle du corps afin de la déterminer avec précision. L’examen prélimi­naire ne lui avait pas permis d’en déceler la cause. Probablement une chute, avait-il observé en parcourant du regard l’immeuble morne et terne.

Le corps n’avait pas été déplacé. Un expert médicolégal était en chemin. S’il parvenait à trouver un créneau dans son emploi du temps, il voulait être présent sur la scène de crime afin d’examiner les circonstances du décès en compagnie de la police. Erlendur s’inquiétait à la vue du nombre grandissant de curieux qui se massaient devant la façade de l’immeuble d’où on pouvait voir le corps, illuminé par les flashs. Les voitures passant au ralenti étaient autant d’yeux qui buvaient la scène. On installa un petit projecteur qui permettrait d’explorer les lieux avec plus de précision. Erlendur suggéra à un policier de protéger le périmètre des badauds.

Vues d’en bas, toutes les portes des balcons dont le petit garçon aurait pu tomber semblaient fermées. Les fenêtres étaient closes. L’immeuble, plutôt imposant, se composait de six étages desservis par quatre cages d’escalier. Il était vétuste. Les rambardes métalliques des balcons étaient rouillées. La peinture, délavée, s’écaillait çà et là à la surface du ciment. De l’endroit où se tenait Erlendur, on distinguait deux baies vitrées de salle à manger fendues sur toute leur longueur, donnant chacune sur un appartement. Nul n’avait jugé bon de les remplacer.

– C’est peut-être un crime raciste ? suggéra Sigurdur Oli en regardant le corps de l’enfant.

– Je crois que nous ne devrions pas formuler d’hypothèses trop précises, répondit Erlendur.

– Est-ce qu’il aurait tenté d’escalader la façade ? demanda Elinborg en levant les yeux sur l’immeuble.

– Les mômes font les trucs les plus insensés, convint Sigurdur Oli.

– En effet, il faut vérifier qu’il n’a pas tenté de grimper au mur, observa Erlendur.

– D’où vous croyez qu’il vient ? se demanda Sigurdur Oli à voix haute.

– J’ai l’impression qu’il est d’origine asiatique, répondit Elinborg.

– Il pourrait être philippin, vietnamien, coréen, japonais, chinois, énuméra Sigurdur Oli.

– On ne devrait pas tout bonnement dire qu’il est islandais jusqu’à preuve du contraire ? proposa Erlendur.

Debout dans le froid, ils regardaient en silence la neige fine et poudreuse qui s’accumulait autour du corps du petit garçon. Erlendur toisa de loin les badauds rassemblés devant l’immeuble, à côté des voitures de police. Puis il enleva son manteau afin d’en recouvrir l’enfant.

– Ça ne risque pas de compromettre l’enquête ? demanda Elinborg en lançant un regard aux policiers de la Scientifique. En effet, Erlendur et son équipe auraient dû attendre leur
feu vert avant de s’approcher si près du cadavre au risque de brouiller les indices.

– Je n’en sais rien, répondit Erlendur.

– Pas très professionnel, lança Sigurdur Oli.

– Personne n’a signalé la disparition de ce gamin ? demanda Erlendur sans relever l’observation. Personne n’a cherché à retrouver un garçon qui lui ressemblerait et se serait perdu ?

– J’ai vérifié en route, rien de tel n’a été signalé à la police, répon­dit Elinborg.

Erlendur baissa les yeux vers son manteau. Il grelottait.

– Où est celui qui l’a découvert ?

– Nous lui avons demandé de patienter dans une cage d’escalier, répondit Sigurdur Oli. Il a attendu que nous arri­vions. C’est lui qui nous a appelés avec son téléphone portable. Tous les mômes ont des portables, aujourd’hui. Il nous a dit qu’il a coupé par le terrain entre les immeubles en rentrant de l’école et que c’est là qu’il est tombé sur le corps.

– Je vais aller l’interroger, répondit Erlendur. Vérifiez si le gamin n’aurait pas laissé une piste quelconque sur le terrain. S’il a saigné, il a dû laisser des traces derrière lui. Ce n’est peut-être pas une chute.

– Ça ne serait pas plutôt à la Scientifique de s’occuper de ça ? marmonna Sigurdur Oli sans que ses deux collègues l’entendent.

– En tout cas, je n’ai pas l’impression qu’il ait été agressé ici, observa Elinborg.

– Et pour l’amour de Dieu, essayez de retrouver sa botte, supplia Erlendur avant de s’en aller.

– L’adolescent qui l’a trouvé… commença Sigurdur Oli.

– Oui ? s’enquit Erlendur en se retournant.

– Il est aussi basa… Sigurdur Oli hésitait.

– Quoi donc ?

– C’est un jeune d’origine étrangère, corrigea Sigurdur Oli.

L’adolescent était assis sur une marche dans l’une des cages d’escalier de l’immeuble, aux côtés d’une policière. Il avait près de lui ses vêtements de sport entortillés dans un sac en plas­tique jaune. Il lança à Erlendur un regard méfiant. Ils n’avaient pas voulu le mettre au chaud dans une voiture de police. Cela aurait pu éveiller des soupçons quant à son implication dans le décès du petit garçon, et quelqu’un avait émis l’idée de le faire plutôt patienter dans cette cage d’escalier.

Le couloir était sale, il y régnait une odeur de crasse mêlée à celles de cigarette et de cuisine qui filtraient des appartements. Le sol était recouvert d’un lino usé, les murs salis de graffitis qu’Erlendur parvenait difficilement à déchiffrer. Les parents de l’adolescent, encore au travail, avaient été prévenus. Il avait le teint mat, des cheveux noir corbeau et lisses, encore humides après la douche, et de grandes dents bien blanches. Vêtu d’une épaisse doudoune et d’un jeans, il tenait un bonnet à la main.

– Quel froid de canard ! commença Erlendur en se frottant les mains pour se réchauffer.

Le gamin ne lui répondit pas.

Erlendur vint s’asseoir à côté de lui. L’adolescent déclara s’appeler Stefan. Il avait treize ans. Il habitait depuis toujours dans l’immeuble juste à côté. Il expliqua que sa mère venait des Philippines.

– Tu as dû être très choqué quand tu l’as découvert, observa Erlendur au bout d’un moment.

– Oui.

– Et tu sais qui c’est ? Tu le connaissais ?

Stefan avait indiqué à la police le nom du petit garçon en précisant qu’il habitait dans l’un des appartements de cet immeuble, mais dans une autre cage d’escalier. Les policiers avaient tenté de contacter les parents de la victime. Personne n’avait répondu quand ils étaient allés frapper à la porte. Tout ce que Stefan savait de la famille de l’enfant, c’était que sa mère fabriquait des bonbons et qu’il avait un frère. Il avait affirmé ne pas bien les connaître. Il n’y avait pas très longtemps qu’ils s’étaient installés là.

– Tout le monde l’appelait Elli, mais son vrai nom, c’était Elias, précisa Stefan.

– Est-ce qu’il était mort quand tu l’as découvert ?

– Oui, je crois. Je l’ai secoué, mais il n’a pas bougé.

– Alors, tu nous as appelés ? compléta Erlendur comme s’il lui semblait légitime de réconforter l’adolescent. Tu as bien fait. Tu as eu parfaitement raison. Qu’est-ce que tu veux dire par “sa mère fabrique des bonbons” ?

– Euh, ben, qu’elle travaille dans une usine où on fait des bonbons.

– Tu as une idée sur ce qui aurait pu arriver à Elli ?

– Non.

– Est-ce que tu connais certains de ses camarades ?

– Pas très bien.

– Qu’est-ce que tu as fait après l’avoir secoué ?

– Rien, répondit l’adolescent. J’ai seulement téléphoné à la police.

– Tu connais le numéro de la police ?

– Oui, je suis tout seul à la maison quand je rentre de l’école et ma mère veut pouvoir me surveiller. Elle…

– Quoi donc ?

– Elle me dit toujours d’appeler immédiatement la police au cas où…

– Au cas où quoi ?

– Au cas où il se passerait quelque chose.

– Qu’est-ce que tu crois qu’il est arrivé à Elli ?

– Je ne sais pas.

– Tu es né en Islande ?

– Oui.

– Tu sais si c’est aussi le cas d’Elli ?

L’adolescent, qui avait passé son temps à fixer le lino de l’escalier, leva les yeux vers Erlendur.

– Oui, répondit-il.

Elinborg fit irruption dans le sas de l’immeuble, séparé de la cage d’escalier par une simple vitre, et Erlendur vit qu’elle lui avait rapporté son manteau. Il adressa un sourire à l’adolescent en lui disant qu’il reviendrait peut-être plus tard pour discuter un peu plus longuement avec lui, avant de se lever et de rejoindre Elinborg.

– Tu sais que tu n’as le droit d’interroger des enfants qu’en présence de leurs parents, de leur tuteur, des services de la Protection de l’enfance ou de tout le saint-frusquin, reprocha-
t-elle d’un ton cassant en lui tendant son vêtement.

– Je n’étais pas en train de l’interroger, je me contentais de lui poser quelques questions, rétorqua Erlendur en regardant son manteau. Je dois comprendre qu’ils ont emmené le corps ?

– Il est en route pour la morgue. Ce n’était pas une chute. La Scientifique a relevé des traces.

Erlendur grimaça.

– Le petit est arrivé au pied de l’immeuble par le côté ouest, informa Elinborg. Il y a un sentier qui devrait être éclairé, mais un habitant du quartier nous a signalé que l’ampoule de l’un des lampadaires était constamment cassée. L’enfant est entré sur le terrain en passant par-dessus une clô­ture sur laquelle on a trouvé des traces de sang. C’est là qu’il a perdu sa botte, probablement en l’enjambant.

Elinborg inspira profondément.

– Il a été poignardé, poursuivit-elle. Il est probablement mort après avoir reçu un coup de couteau dans le ventre. En enlevant le corps, on a découvert une mare de sang qui a gelé instantanément.

Elinborg s’accorda une pause.

– Il rentrait chez lui, reprit-elle.

– Est-on en mesure de remonter la piste jusqu’au lieu de l’agression ?

– Nous sommes en train.

– Avez-vous contacté ses parents ?

– Sa mère est en route. Elle s’appelle Sunee. Nous ne lui avons pas dit ce qui s’est passé. Ça promet d’être affreux.

– Tu restes avec elle, répondit Erlendur. Et le père ?

– Je ne sais pas, il y a trois noms sur la sonnette. L’un d’entre eux est quelque chose comme Niran.

– J’ai cru comprendre qu’il avait un frère, observa Erlendur.

Il ouvrit la porte, puis ils sortirent tous les deux affronter le vent du nord. Elinborg attendit la mère afin de l’accom­pagner à la morgue. Un policier escorta Stefan à son domicile où serait enregistrée sa déposition. Erlendur retourna sur le terrain au pied de l’immeuble. Il remit son manteau. Le sol était noir à l’endroit où le petit garçon avait été retrouvé.

Tombé je suis à terre*.

Un vieux quatrain revint à la mémoire d’Erlendur alors qu’il se tenait immobile, profondément plongé dans ses pensées. Il leva les yeux sur l’immeuble terne avant de traverser prudemment l’épaisse carapace de verglas qui le séparait de l’aire de jeux et d’aller poser sa main sur l’acier glacé du toboggan. Il sentit le froid mordant remonter le long de son bras.

Tombé je suis à terre,

Transi et à jamais…

Arnaldur Indridason est né à Reykjavík le 28 janvier 1961. Diplômé en histoire, il est d’abord journaliste et critique de films pour le Morgunbladid, avant de se consacrer à l’écriture. Ses nombreux romans, traduits dans quarante langues, ont fait de lui un des écrivains de polar les plus connus en Islande et dans le monde, avec douze millions de lecteurs. Il a reçu le prix Clef de verre à deux reprises, en 2002 pour La Cité des jarres, et en 2003 pour La Femme en vert (également couronné par le Gold Dagger Award et le Prix des lectrices de Elle), le Prix du Polar européen Le Point en 2008 pour L'Homme du lac, le prix d’honneur du festival les Boréales en 2011, et le prix espagnol rba du roman noir en 2013 pour Passage des Ombres (troisième tome de la Trilogie des Ombres, à paraître en 2018).

Douze de ses romans mettent en scène le personnage d’Erlendur Sveinsson, inspecteur de la police de Reykjavík. Plusieurs autres sont consacrés à des énigmes historiques ou des affaires d’espionnage. Dans la fascinante Trilogie des Ombres, il met en scène un nouveau couple d’enquêteurs, à l’époque de la « Situation », l’occupation américano-britannique de l’Islande à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Portrait par Sabrina Champenois, LIBERATION - juillet 2010

Rendez-vous sur la page Facebook de l'auteur pour suivre toutes ses actualités