Publication : 10/01/2019
Nombre de pages : 448
ISBN : 979-10-226-0832-9
Prix : 23 €

La Transparence du temps

Leonardo PADURA

ACHETER
Titre original : La transparencia del tiempo
Langue originale : Espagnol (Cuba)
Traduit par : Elena Zayas

Alors qu’il approche de son 60e anniversaire, Mario Conde broie du noir. Mais le coup de fil d’un ancien camarade de lycée réveille ses vieux instincts.

Au nom de l’amitié (mais aussi contre une somme plus qu’honorable), Bobby le charge de retrouver une mystérieuse statue de la Vierge noire que lui a volée un ex-amant un peu voyou.

Conde s’intéresse alors au milieu des marchands d’art de La Havane, découvre les mensonges et hypocrisies de tous les “gagnants” de l’ouverture cubaine, ainsi que la terrible misère de certains bidonvilles en banlieue, où survit péniblement toute une population de migrants venus de Santiago.

Les cadavres s’accumulent et la Vierge noire s’avère plus puissante que prévu, elle a traversé les siècles et l’Histoire, protégé croisés et corsaires dans les couloirs du temps. Conde, aidé par ses amis, qui lui préparent un festin d’anniversaire somptueux, se retrouve embarqué lui aussi dans un tourbillon historique qui semble répondre à l’autre définition de la révolution : celle qui ramène toujours au même point.

Un voyage éblouissant dans le temps et dans l’histoire porté par un grand roman plein d’humour noir et de mélancolie.

 

« Un des sommets de son œuvre. » La Nación

« Padura est le meilleur auteur de roman policier en espagnol, un digne successeur de Manuel Vázquez Montalbán. » The Times

  • Ou comment Mario Conde se retrouve à naviguer dans les eaux saumâtres du monde de l'art. Excellent !

  • "Grand retour de Leonardo Padura. Grand retour de son personnage fétiche, "Le Conde" au meilleur de sa forme malgré les années qui passent... Plaisir intact !"

  • "On n'est pas sérieux quand approchent les 60 ans, alors quand une mystérieuse vierge noire disparaît à Cuba, évidemment, Mario Conde est sur le coup ! Alors que s'esquissent peu à peu les origines lointaines et chargées de croyances de la statue, l'enquête révèle une havane de plus en plus exsangue, en proie aux inégalités croissantes. A l'image de son personnage, Padura ne cesse de se bonifier avec le temps !"
  • "Au-delà de l'enquête, Leonardo Padura retrace l'épopée de la statue à travers les siècles et dépeint également la réalité sociale et politique de Cuba, utilisant le roman noir comme un cheval de Troie pour épingler les dysfonctionnements de son pays. Le tout est servi par une écriture puissante, aux accents doux-amers. Du grand Padura."
    Marie-Line Chamarty
  • "A bientôt 60 ans, Mario Conde n'est pas près de se retirer. Plus têtu que jamais, il va s'aventurer sur bien des terrains glissants... GRANDIOSE"
    Christophe Gilquin
  • "PADURA GRAND CRU Presque 60 ans et toutes ses dents... aiguisées d'enquêteur compulsif ! Mario Conde l'ex-flic reconverti dans la débrouille bibliophilique doit retrouver pour le compte de Bobby, un ami d'enfance devenu marchand d'art prospère, une précieuse statuette de Vierge noire volée par un gigolo indélicat, premier acte d'une plongée dans la dure réalité cubaine entre survie et grosses magouilles. Car, malgré l'assouplissement de l'embargo américain, la capitale cubaine et la grande majorité de sa vaillante population vacillent au bord du gouffre dans les quartiers en pleines déréliction et autres bidonvilles à l'orée de la ville. Dans le style inimitable frotté à la mélancolie et l'humour insolent qui sont sa marque, le grand Leonardo nous régale cette fois encore d'une odyssée romanesque noire et chatoyante nourrie d'Histoire et de mystères."
    Pascal Thuot
  • "J'ai commencé le roman et il ne me quitte plus,  difficile de s'en défaire ..."
    Olivier Huguenot
  • Ecouter le podcast de la chronique ici

    France Bleu
  • Lire l'article ici

    Antoine Corman
    Etudes
  • Lire la chronique ici

    Blog Evadez-moi
  • Lire la chronique ici

    Blog Qu'on se le dise
  • Lire la chronique ici

    Blog La jument verte
  • Lire la chronique ici

    Blog Baz'art
  • Lire l'article ici

    Notes bibliographiques
  • Lire l'article ici

    L'amour des livres
  • Lire la chronique ici

    Site Le Suricate
  • Lire l'article ici

    Hubert Prolongeau
    Le nouveau magazine littéraire
  • Lire l'article ici

    Ariane Valadié
    Voici
  • Lire la chronique ici

    Blog Clara et les mots
  • Lire l'article ici
    Que tal Paris?
  • "Je veux être un écrivain cubain écrivant à Cuba sur Cuba" Lire l'interview de Leonardo Padura par Macha Séry ici
    Macha Séry
    Le Monde des livres
  • Lire l'article ici
    Macha Séry
    Le Monde des livres
  • Lire l'article ici
    Alain Léauthier
    Marianne
  • Lire l'article ici
    LIRE
  • Lire l'article et regarder l'interview ici
    Des mots de minuit
  • "Dans un style fluide et agréable, on suit Mario Conde dans ses déambulations havanaises, conscient des fissures d'un pays où les rêves de départ deviennent enfin possibles. Passionnant !" Lire l'article ici
    Site Onlalu
  • Lire la chronique ici
    Blog La Livrophage
  • "Brillant et désenchanté." Lire l'article ici
    Serge Raffy
    L'Obs
  • "Avec son immense talent de conteur, Leonardo Padura mêle le Cuba contemporain avec ses nouveaux riches et son extrême pauvreté et l'histoire d'une statuette fabriquée au Levant, ramenée en Europe par les Templiers et réapparue à Cuba."
    Lire l'article ici
    Lionel Daubigney
    PAGE des libraires
  • Plus qu'un roman, un Padura est un voyage à Cuba. [...] Exotique et édifiant ! Lire l'article ici
    L'Alsace
  • Lire l'article ici
    Sébastien Rivoire
    Site Addict Culture
  • Lire la chronique ici
    Blog Espaces latinos
  • "C'est un pur plaisir de retrouver la langue de Leonardo Padura, ce mélange de nostalgie, d'humour et de lucidité." Lire la chronique ici
    Blog The killer inside me
  • Lire l'article ici
    Philippe Lançon
    Libération
  • Découvrez l'article ici
    Daniel Muraz
    Courrier Picard
  • "Superbe roman néopolar et pleinement littéraire." Lire l'article ici
    Gilles Heuré
    Télérama
  • "Au-delà de l'enquête, Leonardo Padura retrace l'épopée de la statue à travers les siècles et dépeint également la réalité sociale et politique de Cuba, utilisant le roman noir comme un cheval de Troie pour épingler les dysfonctionnements de son pays. Le tout est servi par une écriture puissante, aux accents doux-amers. Du grand Padura." Lire l'article ici
    Le Parisien
  • "Un nouveau Leonardo Padura est toujours une bonne nouvelle. Et à plus forte raison lorsqu'il signe ce qui est peut-être son maître livre..." Lire' l'article ici
    Damien Aubel
    Transfuge
  • Ecouter le podcast ici
    Catherine Fruchon-Toussaint
    RFI
  • "La transparence du temps s'avère donc être un grand texte, puissant et maîtrisé, où la grande histoire vient percuter la petite [...]" Lire la chronique ici
    Froggy's delight
  • "C'est un vrai plaisir de retrouver Conde et son entourage, un Conde carburant à l'alcool et aux cigarettes, parfois désabusé, et trouvant encore à s'étonner de ses découvertes à la Havane." Lire la chronique ici
    Blog En lisant en voyageant
  • "La transparence du temps est un roman truculent et bigarré, empreint d'une touche d'amertume et d'une bonne dose de sens critique, mais qui montre un attachement profond, envers et contre tout, à une ville et à un pays." Lire la chronique ici
    Blog Voyages au fil des pages
  • Lire l'article et écouter le podcast ici
    Olivia Gesbert
    France Culture "La grande table culture"
  • "Roman policier, historique ou existentiel, on hésite à ranger dans une case ce très bel et riche ouvrage, cri d'amour ou de désespoir pour un pays lui-même inclassable, et d'une profonde humanité." Lire l'article ici
    Site La Petite revue
  • "Un nouveau Leonardo Padura est toujours une bonne nouvelle. Et à plus forte raison lorsqu'il signe ce qui est peut-être son maître livre..." Lire l'article ici
    Damien Aubel
    TRANSFUGE

Leonardo PADURA est né à La Havane en 1955. Diplômé de littérature hispano-américaine, il est romancier, essayiste, journaliste et auteur de scénarios pour le cinéma. Il a obtenu le Prix Café Gijón en 1997, le Prix Hammett en 1998 et 1999 ainsi que le Prix des Amériques Insulaires en 2002. Leonardo Padura a reçu le Prix Raymond Chandler 2009 pour l'ensemble de son oeuvre. Il est l'auteur, entre autres, d'une tétralogie intitulée Les Quatre Saisons qui est publiée dans une quinzaine de pays. Ses deux derniers romans, L'homme qui aimait les chiens (2011) et surtout Hérétiques(2014) ont démontré qu'il fait partie des grands noms de la littérature mondiale. 

BIBLIOGRAPHIE : La tétralogie Les Quatre saisons Passé parfait, 2001; Suites, 2006 - Prix des Amériques Insulaires 2002 Vent de Carême, 2004; Suites, 2006 Electre à la Havane, 1998; Suites, 1999 - Prix Café Gijón 1997 et Prix Hammett 1998 L'Automne à Cuba, 1999; Suites, 2002 - Prix Hammet 1999 et Prix du livre insulaire 2000 Mort d'un Chinois à la Havane, 2001   Le Palmier et l'Etoile, 2003 ; Suites, 2009 ; Suites nouvelle couverture, 2014 Adios Hemingway, 2005 Les Brumes du passé, 2006 ; Suites, 2009 - Prix Brigada 21 du meilleur roman noir 2006 L'Homme qui aimait les chiens, 2011, Prix des libraires Initiales 2011, prix Roger Caillois 2011, Prix Carbet de la Caraïbe 2011, Elu Meilleur roman historique par le magazine Lire 2011 L'Homme qui aimait les chiens, Suites, 2013 Hérétiques, 2014  

Portrait de Philippe Lançon paru dans LIBERATION 

Coup de projecteur sur un auteur paru dans ELKAR

Il a aussi reçu le Prix National de Littérature cubain en 2012 et le prestigieux Prix Princesse des Asturies 2015. 

La tétralogie Les Quatre saisons est disponible sur Netflix sous la forme d'une mini série de quatre épisodes de 90 minutes intitulée Quatre saisons à La Havane ou Four seasons in Havana et réalisée par le réalisateur espagnol Felix Viscarret qui a aussi tourné une adaptation cinématographique de Vent de Carême. Le rôle de Mario Conde y sera tenu par Jorge Perugorria.Par ailleurs, Antonio Banderas devrait jouer lui aussi Mario Conde dans une série TV qu'il produit lui-même.

Enfin, L'homme qui aimait les chiens est aussi en phase de production cinématographique.